Veuillez nous excuser pour cette interruption

horloge-ortf_1

Pfff… y’a des moments comme ça, on y arrive pas. Pourtant, ce ne sont pas les idées qui manquent, mais pas vraiment d’énergie pour le faire. Ou bien plus probablement, les idées ne sont pas assez bonnes pour couler de source, d’elles-mêmes, sans trop bosser. Comme dirait Henri Salvador, » y’en a qui courent après le travail, moi, le travail me court après, et il n’est pas près de me rattraper »

Ben tiens, à propos de citations, il parait que Thomas Edison aurait dit: « le génie, c’est 10% d’inspiration, 90% d’inspiration ». Bon, sauf qu’on peut se demander de quelle autorité il parlait, ayant été principalement un homme d’affaire et ayant passé sa vie à voler des brevets à ses employés, notamment le réellement brillant Nikola Tesla. Et puis de toute façon, je déteste cette manie des citations, quand elles remplacent le raisonnement (au lieu d’illustrer avec finesse le propos comme je le fais plus haut, bien sûr). Une formule sympa, un personnage célèbre faisant office de seul argument (appel à l’autorité), et hop, ça roule. Facile à partager par mail, blog ou post facebook. Le degré zéro de la réflexion.

D’ailleurs, pour rester dans les voleurs, pas plus tard qu’hier, je suis tombé sur un poste de blog à la gloire d’Einstein (qui selon toute vraisemblance a pompé la relativité restreinte sur Henri Poincaré sans le citer), avec une liste de formules sentencieuses, genre le fameux « Je sais que deux choses sont infinies, l’univers et la bêtise humaine; encore que pour l’univers, je ne suis pas si sûr, lol ». Vraiment, Bébert? Tu as vraiment eu 14 ans toute ta vie? Enfin, peut-être est-ce apocryphe. Les gens aiment tellement te citer que des fois, ça déborde. Moi, à la rigueur, je préfère citer Jean-Claude Van Damme; c’est aussi con, mais au moins je ne le prends pas au sérieux.

De toute façon, Bébert, quand on voit que tes principales œuvres sont toutes sorties la même année, moi je dis, ça sens le coup de chance. D’autant que tu es Poissons comme moi, né à un jour d’écart et avec pas mal de planètes en commun. Si on était du genre à bosser comme le Taureau Poincaré (qui, pour le coup, était vraiment un esprit universel, qui a pondu de la vraie philosophie au lieu de citations pour cartes postales), ça se saurait. Et puis bon, pour un génie, je trouve qu’en dehors de cette fameuse annus mirabilis 1905 ton activité est un peu légère. A part abandonner femme et enfants pour épouser ta cousine, bien sûr.

Ah là là, encore un juif qui sert de bouc émissaire; voilà qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Bon, j’arrête là. En tous cas, moi, je préfère rester sur l’inspiration que la transpiration, même s’il faut bien admettre ici que c’est en transpirant un peu sur le thème de de sécher que l’inspiration est venue. Alors bon, d’accord, admettons: juste un peu de transpiration, histoire de relancer le cycle.

 

« J’adore les cacahuètes. Tu bois une bière et tu en as marre du goût. Alors tu manges des cacahuètes.[…] Et après tu as de nouveau envie de boire de la bière. Les cacahuètes c’est le mouvement perpétuel à la portée de l’homme. »

Jean-Claude Van Damme

 

Publicités

5 réflexions sur “Veuillez nous excuser pour cette interruption

  1. Philippe dit :

    Que de points communs : tu cites Van Damme alors que je ne révère que Steven Seagal. Y-a-t-il une corrélation entre notre amour des grands acteurs et notre sagacité hors du commun ?

  2. Le Touffier dit :

    Ah, enfin, Einstein se prend un steak, il était temps que cet icône pour rédacteur de Sciences et Vie Junior se remette dans la queue, derrière Poincaré qui était Français, lui, monsieur.
    Quand à sa thèse sur le mouvement brownien, l’idolâtrie du corps enseignant a conduit un prof de physique à tenter de me faire croire que les mouvements de particules de farine à la surface de l’eau traduisait son existence. Je peux jurer que rien ne bougeait à l’œil nu à la surface de l’eau, moins que les daphnies que je servais à mes poissons rouges dans leur aquarium, moins que le visage de Silvester Stallone après son 4° lifting. Escroc. Il avait du mettre son microscope chez « ma tante ». Quand je pense qu’on aurait pu faire des crêpes au lieu de gâcher cette farine.
    Et puis c’est quand même Jean Perrin (1909) qui s’est fadé la transpiration, et comme il s’emmerdait tout seul dans son labo, il en a profité pour déterminer une valeur précise du nombre d’Avogadro. Et s’il était Lillois, il n’en était pas moins Français, monsieur.

    Je choisirai Sly, rien que pour son Addrrriiiiaaaannnn que je beugle silencieusement pour saluer la naissance de toutes les Adriane.

    Addrrriiiiaaaannnn

    Von Touffierr, de Maubeuge.

  3. Winston Smith dit :

    J’étais certain que vous étiez poissons 🙂 . Super signe, et puis mince , c’est le signe de Chopin que je vénère . Nous aussi les Balances on a un côté « branleur » . Bonnes vacances ingénieur .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s