Le trois fois grand

temple-philae

 

J’étais dans ma cellule, dans cette boîte en carton vide et fausse, où je tournais en rond. Je ne voyais pas le jour, ni ne sentais le vent. Le monde extérieur ne filtrait qu’à travers mon imagination, mais en ce lieu, hors du temps et de l’espace, il n’existait pas encore. Il ne me restait, pour m’échapper, que la sortie par le haut. Le retour à la source vive, là où tout commence et finit. Alors j’ai prié.

Il y eut une clameur, un bruit de tonnerre, et une colonne de poussière comme une trombe d’eau apparut. L’ange se tenait au milieu, sa silhouette dessinée dans la nuée et parcouru d’éclairs. Il m’adressa la parole:

« Mes frères du chœur des Trônes ont entendu ta requête et m’envoient vers toi. Est-ce bien vrai que tu recherches l’entrée au Saint des Saints? Le monde où le Seigneur a fait reposer son Nom dans la Création?

– Oui, c’est moi.

– Bien. Tu sais donc que seule une âme d’enfant peut y parvenir.

– C’est vrai, mais justement…

– Oui, je sais, tu veux que je t’aide. Eh bien soit, prends ma main. »

J’obéis, et aussitôt, la colonne de poussière se met à s’accélérer et à enfler, jusqu’à m’englober entièrement. Maintenant le vent se calme, découvrant une mer de sable, parsemée de ruines de granit. Je suis en Égypte. L’ange se tient à côté de moi; ce n’est toujours qu’une silhouette, mais il est désormais composé de lumière dorée. Il m’invite à partir.

 

Je ne vais pas bien loin; très vite, je tombe sur un petit garçon. Maigre, il est vêtu d’un simple pagne élimé. Il transporte quelque chose, caché aux creux de ses bras, d’un air de conspirateur.

« Bonjour, lui dis-je.

– Bonjour, me répond-il avec un grand sourire »

Ma curiosité me pousse à regarder ce qui ‘il porte, et, s’en rendant compte, il me montre de bon cœur son trésor. Des tablettes d’argiles, couvertes de hiéroglyphes.

« J’ai trouvé ça dans les vieux temples abandonnés. Avant, il y avait des magiciens et des devins là-bas, mais maintenant la Lumière s’est cachée et c’est devenu difficile de la voir. Ils avaient écrit des tas de choses, mais plus personne ne s’y intéresse, c’est dommage.

– Ah? Mais toi, tu comprends ce qu’ils disent? Tu arrives à lire?

– Un peu. Mais la Lumière aime qu’on s’intéresse à elle, alors quand je lis, elle revient un peu.

– Oh, je vois.

– Oui! Et après, je vais tout comprendre ce que faisait la Lumière avant, et j’en saurai plus que tout le monde. Du coup, Pharaon m’invitera à sa cour, et fera de moi le Grand-Prêtre! Et j’habiterai dans un beau palais, avec du marbre et de l’or partout! Même si ce ne sera jamais aussi beau que dans les temples d’avant, quand c’était la Lumière elle-même qui décorait tout. »

 

Son enthousiasme est contagieux, mais malgré ça, je ne peux n’empêcher de demander: « Et si tu n’y arrives pas? »

Lui, réfléchit une seconde, l’air concentré, mais hausse les épaules bien vite.

« Bah, au moins, j’aurais bien joué! »

thoth

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s