Ite, missa est

Comme certains d’entre vous le savent, il se tenait récemment à Science Po une Queer Week, semaine de découverte des sexualité alternatives. Événement se présentant comme, selon le site officiel « reprenant la tradition américaine de ces semaines de débats, de conférences et de festivités », à ceci près que, pour ce qui est des débats, la contradiction fut rapidement mise à la porte manu militari, comme s’en félicite ce webzine LGBT(QI etc). Passons; on sait depuis longtemps (sauf Béatrice Bourges, visiblement) que les partisans de l’ouverture d’esprit voient bien souvent la paille dans l’œil des autres avant de voir la poutre dans le leur, et la fable du pot de terre contre le pot de fer est plus que jamais d’actualité. De toute façon, s’il me semble positif que des catholiques cessent de regarder leur nombril pour s’impliquer dans la vie de la Cité, le ‘Printemps Français’ a encore de gros efforts de lucidité et de maturité à faire pour devenir une force crédible. En France, le christianisme n’est plus en pays conquis; on le regretter, mais il faut en prendre acte pour avancer.

Il y aurait bien sûr des tas de choses à dire sur cette semaine dévolue au plaisir, avec des ateliers consacrés au porno, aux sex toys etc. (dixit le programme officiel), et sur l’image que cela donne de la communauté LGBT; sur cette fameuse théorie du genre qui n’existe pas selon notre gouvernement (probablement parce qu’ils la considèrent comme un fait acquis et évident) et qui se trouve en vitrine dans une des plus fameuses usines à élites de notre République. Il est d’ailleurs savoureux de voir cette boîte à bac montée en graine, apprenant à ses élèves à répondre dans les cases des concours de la fonction publique,  se piquer de faire une apologie de la liberté individuelle.

Cependant, ce n’est pas de tout ça dont je veux parler, mais, plus précisément du premier happening de la semaine, le « rituel d’activation des fétiches » (cf. programme du lundi). Ce happening se veut d’inspiration chamanique, ce qui éveille mon intérêt. Or, voici que j’en trouve une description, faite par des élèves:

« Dans le jardin de l’école s’est tenu un véritable rituel chamanique, rigoureusement antichrétien et singeant la liturgie catholique (utilisation de croix inversées et de chapelets). Cette procession, censée promouvoir la tolérance aux sexualités alternatives, a conjuré la Manif pour tous en piétinant ses drapeaux avant de les brûler »

Bon, le site source, Égalité et Réconciliation, étant plutôt partisan, il faut bien sûr faire la part des choses, et je me garderais de me prononcer sur la véracité de cette description. Qui plus est, au vu du programme, je ne peux me demander sans sourire quels « fétiches » sont exactement censés être activés par ce rite. Cependant, si cette « cérémonie d’inauguration » s’est bien déroulée ainsi,  je me dois de corriger ces élèves, décidément bien ignorants en matière de culture religieuse. Il n’y a là rien de chamanique: il s’agit d’une messe noire.

cene_satanique

En effet, qu’est-ce qu’une messe noire? On s’en fait souvent l’imgae d’un prêtre encapuchonné sacrifiant une chèvre ou jeune vierge sur un autel, mais en fait, ce type de cérémonie correspondrait plutôt à un rituel païen plus ou moins dévoyé (à la manière des sacrifices d’enfants à Moloch, dénoncés par la Bible et les Romains chez les peuples puniques de Canaan et Carthage). Mais si ce genre de phénomènes lugubres a existé depuis longtemps chez des peuples variés, la messe noire, comme son nom l’indique, est spécifiquement une réaction anti-chrétienne. Il s’agit essentiellement d’un rite de blasphème, parodiant la liturgie de la messe catholique, dans le but d’acter un refus de suivre les commandements du christianisme, vus par les pratiquants comme un carcan moral inacceptable. Le sacrifice y est secondaire, plutôt symbolique; le vin et l’hostie peuvent être utilisés précisément pour se rapprocher de la véritable messe (bien que l’usage puisse en être bien différent), même si, bien sûr, certains groupes puissent aller plus loin. A défaut, on a ici l’holocauste (sacrifice consistant à brûler entièrement l’offrande) des drapeaux de La Manif’ Pour Tous, qui peut rappeler l’anathème antique.

On peut trouver cela exagéré, tiré par les cheveux, mais après tout, cela me semblerait tout à fait cohérent avec le contexte. Vu le message de jouissance sans entrave que le programme de la semaine semble afficher (et qui, pourtant, ne me semble  pas consubstantiel de l’homosexualité), on peut comprendre que le fait de s’affranchir des contraintes morales aide à se mettre dans l’ambiance. Cette attitude est même compréhensible, dans une certaine mesure, pour des personnes ayant reçu une instruction chrétienne dévoyée, trop sévère, inculquant des valeurs rigides ne laissant pas la place au pardon et à la charité. C’est d’ailleurs probablement pourquoi la musique metal et son cortège de satanisme et néo-paganisme provient surtout de pays protestants, forme de christianisme se distinguant généralement par son austérité. Cependant, outre que le remède me semble d’une efficacité douteuse, une personne qui pousserait cette logique jusqu’au bout aboutirait à s’affranchir de toutes valeurs et toute notion de honte; et cela ne s’appelle pas un homme libre mais un psychopathe.

Si, donc, ce happening s’est bien déroulé ainsi, on peut se demander ce qui est passé par la tête des artistes et des organisateurs. Je me doute bien que la plupart des participants n’auraient de toute façon pas su de quoi il retournait, mais je doute qu’on puisse recréer « accidentellement » les mécanismes de la messe noire en faisant du chamanisme, qui consiste principalement à entrer en transe par le moyen d’un rythme musical et d’hallucinogènes. Et puis, avec tout le respect que je dois à la religion sataniste, ne serait-il pas légèrement contraire à la laïcité de célébrer ainsi son rite dans un établissement d’enseignement public?

Publicités

Une réflexion sur “Ite, missa est

  1. Franco dit :

    Parfait doc.__

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s