Le don du Noir parfait

09-hermite

La lame de l’Hermite (arcane VIIII du Tarot de Marseille) représente un cheminement austère vers la connaissance. Un vieil homme avance, à reculons, éclairé d’une seule lanterne, tâtant le terrain de sa canne. Avec les arcanes de la Justice (VIII), la Force (XI) et Tempérance (XIIII), il représente une des vertus cardinales chrétiennes, la prudence. Celle-ci, d’ailleurs, est parfois représentée dans l’imagerie médiévale par une figure allégorique tenant un miroir, au lieu d’une lanterne. On peut penser à une erreur, mais on peut également y trouver un idéal: l’intelligence, non pas comme travail conscient et volontaire,  mais en faisant de son esprit un miroir poli capable de refléter la lumière d’en-haut, la vérité divine. Non pas briller de ses propres forces par brainstorming, mais réfléchir, comme la Lune éclaire la nuit en réfléchissant la lumière solaire. La lanterne de l’Hermite est comme la Lune, à la fois miroir et luminaire; c’est pourquoi son double numérique, l’arcane numéro XVIII, est justement La Lune, le parachèvement de son propre principe, à l’échelle cosmique.

18_lalune

De quoi s’agit-il donc? On peut déjà y voir le but de tout apprentissage: acquérir des réflexes, des connaissances devenant une seconde nature et ne nécessitant pas une remémoration permanente. Mais plus généralement, il s’agit d’un travail de synthèse des connaissances en un modèle organique, dépassant la sphère verbale, pour entrer dans l’action pure. Cela donne ces choses, ces intuitions que donne l’expérience, et que l’on sent, sans forcément pouvoir les expliquer avec des mots. C’est d’ailleurs la limite du fameux « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrive aisément ». Du moins je l’espère, car je vois bien que pour l’instant, ma description est confuse, je vais donc plutôt donner un exemple.

Il existe de nombreux livres sur le Tarot et aussi sur l’astrologie, mais qui parfois peuvent consacrer des pages et des pages à chaque signe/arcane sans parvenir à épuiser le sujet. On peut donc se retrouver avec des listes de points, des descriptions, des tas de caractéristiques, mais qui peuvent être interminables, et, surtout, finissent forcément par se recouper entre elles. On se retrouve alors avec l‘effet Barnum: c’est à dire qu’il devient possible de donner pour chaque signe ou chaque tirage de cartes une interprétation tellement floue qu’on peut y retrouver n’importe qui, et n’importe quelle situation. Cependant, il ne faut pas croire que cet effet soit limité à l’ésotérisme: c’est aussi la racine du phénomène bien connu des gens qui, en lisant des description de maladies, croient en avoir la moitié. Y compris, d’ailleurs, pour les maladies mentales, tant la plupart des symptômes sont, en fin de compte, des traits normaux poussés à l’extrême.

C’est pourquoi en lisant de bonnes descriptions de psychopathologies, on a en fait, plus que des listes de cases à cocher, une vision de la psychodynamique générale, c’est à dire de la façon dont les symptômes interagissent entre eux pour créer un comportement humain, certes dysfonctionnel, mais pourvu de sa propre cohérence interne. Il en va de même des signes, des lames de tarots, de tous les concepts que l’ésotérisme appelle arcanes, et donc le fonctionnement est au niveau des archétypes jungiens: en les voyant comme des processus dynamiques, on a plus de chance de les saisir qu’en voulant les réduire au niveau du verbal, de la symbolique.

Une autre analogie que l’on peut faire, c’est justement de se fier à l’étymologie du mot « archétype », c’est à dire « image puissante ». Essayez donc de décrire une image avec des mots: vous pouvez y consacrer un livre entier sans réellement en faire saisir la substance. Le texte est en une dimension (la ligne), l’image en a deux. Il faut donc nécessairement arrêter de parler, enter dans le silence de la contemplation. Et l’Hermite représente ce silence, que les alchimistes appelaient le don du Noir parfait, cette nuit de la pensée logique qui permet de saisir les arcanes dans leur intégrité, avant de les laisser refléter la vérité divine pour nous éclairer. Un principe qui était au centre de leur méthode, d’où le nom d' »Hermite » comme hermétisme, l’art d’Hermès, c’est à dire l’alchimie, et non pas « Ermite » comme érémitisme.

Évidemment, en se repliant sur le non-verbal (donc non-logique, non-dialectique), on risque de ne pas être assez « communicant » pour notre époque. Mais bon, après tout, le présent blog, même en faisant tout ce qu’il ne faut pas faire pour augmenter sa visibilité, commence à arriver sur ses 2000 visites; tous les espoirs sont donc permis! En tous cas, merci à vous tous, chers lecteurs; j’ai un peu l’impression de prêcher dans le désert, mais je vous suis reconnaissant de m’y accompagner.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s